Qu’est-ce qu’une vulnérabilité zero-day?

Télécharger le rapport

Définition

Une vulnérabilité zero-day est une faille de sécurité qui n’a pas été découverte ou divulguée au public. Il n’existe pas encore de détection connue ou de sensibilisation à la vulnérabilité. Cela signifie qu’elle est souvent découverte et exploitée en temps réel, ce qui donne un avantage aux attaquants.

Aperçu


Dans le monde en constante évolution de DevSecOps, les vulnérabilités de type zero-day représentent une menace importante pour les fournisseurs de logiciels comme pour les particuliers. Les vulnérabilités zero-day fonctionnent comme des passages secrets par lesquels des acteurs malveillants peuvent pénétrer dans un environnement, un système ou une application, ce qui leur permet de contourner les mesures de sécurité et de faire des ravages avant même que quiconque ne se rende compte de l’existence de la menace. Comprendre la nature des vulnérabilités zero-day et mettre en œuvre des mesures préventives efficaces sont des étapes cruciales pour protéger les données sensibles, maintenir l’intégrité des systèmes et atténuer les failles de sécurité potentielles.

Comment les vulnérabilités zero-day peuvent-elles être découvertes ?

Les vulnérabilités zero-day peuvent avoir diverses origines, comme des défauts de conception, des erreurs de codage ou des mesures de sécurité insuffisantes. Elles sont généralement découvertes par des pirates informatiques ou des chercheurs en sécurité. Si un chercheur interne découvre une vulnérabilité inconnue, il est important qu’il agisse rapidement et qu’il la garde confidentielle jusqu’à ce qu’un correctif ait été développé. Dans le cas contraire, des pirates pourraient prendre connaissance de la vulnérabilité et l’exploiter.

Les conséquences des attaques zero-day

Les conséquences des attaques de type zero-day sont graves et d’une grande portée. Les pirates peuvent obtenir un accès non autorisé à des informations sensibles, exécuter des codes malveillants ou même prendre le contrôle de systèmes entiers. Ces attaques peuvent entraîner des violations de données dévastatrices, des pertes financières, des atteintes à la réputation et la perturbation d’infrastructures critiques.

Compte tenu de l’importance de la menace, les organisations doivent donner la priorité aux mesures de cybersécurité pour se protéger contre la menace zero-day. Il s’agit notamment de se tenir informé des dernières vulnérabilités, de mettre en œuvre des pratiques de sécurité robustes, de faire participer des hackers éthiques à des programmes de prime aux bogues (ou Bug Bunty) et d’encourager une culture axée sur la sécurité.

Voici quelques-unes des mesures prises par les organisations pour renforcer leur gestion de la vulnérabilité en générale et éviter les dommages qu’une attaque de type zero-day pourrait infliger.

5 exemples d’attaques de type zero-day

Voici quelques exemples d’attaques de type zero-day qui se sont produits au cours des dernières années :

  1. Zerologon (2020) : Zerologon, également connu sous le nom de CVE-2020-1472, est une vulnérabilité critique de type zero-day découverte dans les systèmes d’exploitation Windows Server. Cette attaque a permis aux hackers d’obtenir un accès non autorisé à un contrôleur de domaine et de prendre le contrôle de l’ensemble d’un domaine Windows. Les attaquants ont pu se faire passer pour des administrateurs de domaine, compromettre les services Active Directory et même accéder à des données sensibles.
  2. Cyberattaque contre la chaîne d’approvisionnement de SolarWinds (2020) : Cette attaque (CVE-2024-23478) a touché la chaîne d’approvisionnement logicielle de SolarWinds, un important fournisseur de logiciels de gestion informatique. Il s’agissait d’une cyberattaque très sophistiquée et de grande envergure visant de nombreuses organisations, dont des agences gouvernementales et de grandes entreprises technologiques. Les attaquants ont obtenu un accès non autorisé aux réseaux des clients de SolarWinds en injectant un code malveillant dans les mises à jour logicielles. Cela leur a permis d’exfiltrer des données, de faire de l’espionnage et même de potentiellement établir un accès permanent.
  3. Microsoft Exchange Server (2021) : Une série de vulnérabilités de type zero-day découvertes dans les versions « on-prem » de Microsoft Exchange Server, collectivement connues sous le nom de ProxyLogon (CVE-2021-26855, CVE-2021-26857, CVE-2021-26858, et CVE-2021-27065), ont permis à des attaquants d’accéder à des serveurs Exchange et potentiellement de voler des données sensibles ou d’installer des logiciels malveillants. Ces vulnérabilités ont été exploitées par divers acteurs de la menace, ce qui a entraîné une compromission généralisée des serveurs Exchange dans le monde entier.
  4. PrintNightmare (2021) : PrintNightmare (CVE-2021-34527) se réfère à une vulnérabilité zero-day qui a affecté le service Windows Print Spooler. Cette cyberattaque a permis aux attaquants d’exécuter du code arbitraire avec des privilèges au niveau du système, ce qui a conduit à un contrôle total sur le système affecté. La vulnérabilité a été divulguée accidentellement en juin 2021, et un code de preuve de concept a été publié peu de temps après, ce qui a permis aux pirates de l’exploiter encore plus facilement. PrintNightmare a affecté plusieurs versions de Windows, et sa découverte a entraîné des mises à jour de sécurité urgentes de la part de Microsoft.
  5. Log4j (2021) : La vulnérabilité Log4j (CVE-2021-44228) se réfère à une cyberattaque critique de type zero-day. Log4j est une bibliothèque de journalisation Java populaire utilisée par de nombreuses applications et systèmes. Cette vulnérabilité a permis l’exécution de code à distance lorsque Log4j recevait un message de journal spécialement conçu. Les attaquants ont pu exploiter cette vulnérabilité pour exécuter un code arbitraire, ce qui a potentiellement conduit à la compromission complète du système. L’attaque Log4j a rapidement attiré l’attention en raison de son impact considérable, puisqu’il a touché un grand nombre d’organisations et de systèmes dans le monde entier.

Ces exemples récents mettent en évidence la menace permanente que représentent les attaques zero-day et soulignent l’importance urgente d’une gestion proactive des vulnérabilités, de l’application de correctifs en temps opportun et de pratiques de sécurité solides pour atténuer les risques. Cela montre que les organisations doivent rester informées des menaces émergentes et mettre en œuvre des mesures de sécurité complètes pour protéger leurs systèmes et leurs données contre les attaques zero-day.

Comment les vulnérabilités zero-day sont-elles découvertes ?

Les vulnérabilités zero-day sont découvertes de différentes manières, notamment par l’analyse du code, les tests à données aléatoires (fuzzing), la rétro-ingénierie et l’ingénierie sociale.

  • L’analyse de code consiste à inspecter manuellement le code d’un logiciel pour y déceler des faiblesses ou des vulnérabilités. Des outils automatisés peuvent également être utilisés pour rechercher des vulnérabilités en sondant le logiciel avec diverses entrées et en examinant les réponses pour y déceler des signes de faiblesses exploitables.
  • Le fuzzing consiste à alimenter un logiciel avec des entrées inattendues ou mal formées pour voir comment il réagit, révélant ainsi des vulnérabilités potentielles.
  • La rétro-ingénierie consiste à désassembler un logiciel pour en comprendre le fonctionnement et ainsi identifier les vulnérabilités potentielles.
  • L’ingénierie sociale consiste à inciter les utilisateurs à donner des informations sensibles ou à cliquer sur des liens malveillants, ce qui peut conduire à la découverte de vulnérabilités zero-day.

Prévenir et atténuer les attaques zero-day

Les attaques zero-day constituent une menace sérieuse pour les organisations, et il est important de prendre des mesures pour s’en protéger. Des mesures de sécurité proactives peuvent contribuer à prévenir les attaques zero-day, comme l’utilisation de logiciels et de correctifs de sécurité à jour, la mise en œuvre de mesures de sécurité solides et la sensibilisation des employés aux risques de sécurité. Ces mesures peuvent contribuer à réduire le risque de réussite d’une attaque zero-day et à minimiser les dommages potentiels en cas d’attaque.

Les organisations doivent également disposer d’un plan d’intervention en cas d’attaque zero-day. Ce plan doit prévoir des mesures pour identifier et contenir l’attaque, atténuer les dommages et communiquer avec les personnes et les organisations touchées. En mettant en place un plan de réponse, les organisations peuvent être mieux préparées à répondre à une attaque zero-day et à minimiser l’impact sur leurs opérations.

Il est également important que les organisations se tiennent au courant des dernières vulnérabilités et menaces zero-day. Pour ce faire, elles peuvent suivre les sources d’informations en matière de sécurité, s’abonner à des alertes de sécurité et assister à des conférences sur la sécurité. En restant informées des dernières menaces, les organisations peuvent être mieux préparées à se protéger contre les attaques zero-day.

L’avenir des vulnérabilités zero-day

Les vulnérabilités zero-day resteront un défi important, car les pirates utilisent l’IA, l’apprentissage automatique (machine learning, ou ML) et les technologies modernes pour lancer des attaques sophistiquées. Cependant, en restant vigilantes et proactives dans leurs mesures de sécurité, les organisations peuvent atténuer le risque d’attaques zero-day.

La collaboration entre les chercheurs en sécurité, les fournisseurs de logiciels et les organisations sera cruciale pour identifier et traiter rapidement les vulnérabilités zero-day afin de minimiser leur impact. En travaillant ensemble, les équipes de développement et de sécurité peuvent faire des progrès significatifs dans la protection contre ces menaces et la sauvegarde de notre infrastructure numérique.

Le développement de systèmes automatisés de détection et de réponse aux vulnérabilités peut également contribuer à l’identification précoce et à l’endiguement des attaques zero-day. L’intelligence artificielle (IA) et l’apprentissage automatique (ML) devraient jouer un rôle de plus en plus important dans ces efforts, en aidant à automatiser l’analyse du code logiciel et à identifier les vulnérabilités potentielles.

En outre, il est probable que l’accent soit mis davantage sur l’éducation des utilisateurs aux risques liés aux vulnérabilités zero-day et à la manière de s’en protéger.

À l’avenir, nous pouvons nous attendre à ce que l’accent soit mis sur l’amélioration de la sécurité des logiciels et sur le développement de nouvelles techniques de détection et d’atténuation des vulnérabilités zero-day.

Explorez la Software Supply Chain Platform de JFrog